Retour
Randonner
Iphigénie

Bâtons de marche : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Sylvain Bazin
January 31, 2023
Bâtons de marche : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

5 questions-réponses sur les bâtons de rando

L’usage des bâtons s’est beaucoup popularisé en randonnée, notamment en montagne. Voici tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur leur usage, sans jamais oser le demander, et même plus peut-être ! Technique, matériaux, typologie : faisons le tour des bâtons de marche.  

📱Iphigénie, c'est l'application mobile de référence pour la cartographie.

Téléchargez-la dès maintenant sur l'App Store et Google Play pour toutes vos randonnées, en France comme à l'étranger. 

1– Quand utiliser les bâtons ? 

On s’est tous posé la question avant de s’évader en randonnée pédestre.

Si pour une balade à la journée sur un terrain facile et plat on peut sans doute s’en passer et marcher d’un bon pas tonique avec un balancier de bras correct, la question est différente pour une randonnée longue et sur un terrain vallonné ou difficile. 

Dans ces configurations, les bâtons peuvent clairement apporter une bonne aide. Ils soulagent le travail des muscles des jambes en répartissant davantage l’effort sur les quatre membres. Bien utilisés, ils vous permettront aussi de vous tenir plus droit et d’adopter une meilleure position surtout lorsque vous portez un lourd sac à dos.

Leur intérêt est plus important en montée et en descente, mais ils pourront aussi vous apporter un meilleur équilibre lors d’une itinérance de plusieurs jours sur le plat. Il convient toutefois de bien les utiliser : sans maîtriser totalement la technique « nordique », un geste dynamique et un bon alignement sont plus efficaces. Il ne faut pas « promener » ses bâtons, mais vraiment s’en servir et s’aider avec pour la propulsion.  

L’emploi des bâtons permet d’ailleurs souvent de garder le corps plus droit, les épaules et la tête mieux alignés malgré la fatigue et de conserver un meilleur rythme sur les sentiers de haute-montagne ou en plaine. 

2 – Quel type de bâton utiliser ? 

Si vous êtes convaincu de l’utilité des bâtons, reste à savoir lesquels emporter. Il en existe en effet de plusieurs types :

– Les bâtons monobrins, d’un seul bloc donc. Ils seront souvent plus solides, plus massifs et rigides. Ils ne risquent pas de se casser au niveau des jointures ni de se gripper sur les pas de vis. La solidité et la facilité d’utilisation restent leur point fort. En revanche, ils sont encombrants et il faudra bien en choisir la taille pour vos randonnées alpines.

– Les bâtons télescopiques qui sont rétractables. Ils peuvent être constitués de deux brins ou de trois brins. Ils possèdent des pas de vis intégrés qui permettent de rétracter les brins à l’intérieur des brins supérieurs et de réduire ou d’augmenter la taille du bâton. Cette possibilité de réglage de la hauteur du bâton reste leur atout : vous pouvez l’adapter selon votre fatigue et le terrain pour plus de confort. Ils sont faciles à transporter, en position « rétractée ». Néanmoins, ils peuvent se gripper avec l’humidité.  

– Les bâtons pliables. Apparus récemment dans le domaine du trail running et du trekking, les bâtons pliables peuvent s’avérer pratiques, lorsque vous ne les utilisez pas toujours, pour le transport. Ils risquent moins de se « gripper » que les bâtons télescopiques. Certains modèles qui se plient combinent aussi les deux technologies : brins à vis ou à clips et brins pliables. Ils sont parfois assez fragiles, surtout lorsqu’ils sont en carbone.

3 – Quels matériaux choisir ? 

Selon vos objectifs, votre rythme de marche et la nature de votre randonnée, les différents matériaux proposés sur le marché vous conviendront plus ou moins. 

Carbone

Il s’agit d’une paire de bâtons légers, souples, adaptés à une randonnée rapide et active. Ils sont souvent utilisés pour la marche nordique et le trail. Ils amortissent bien les vibrations. Leur gros revers reste leur fragilité : ils se cassent d’un coup si l’on pousse avec ferveur dessus, ou lorsqu’ils se coincent dans une pierre, par exemple…

Aluminum

Solution classique, ces alliages offrent un bon compromis entre la légèreté et la solidité : les bâtons plient parfois, mais cassent rarement. 

Bois 

Les bâtons les plus « rustiques ». Matériau naturel, le bois peut être un choix à la fois affectif (les bâtons en bois évoquent directement la nature et rappellent ceux des bergers ou le fameux « bourdon » du pèlerin), mais aussi pratique, car ils sont solides et peu chers. Vous en trouverez dans la nature, mais aussi travaillés par les artisans. Leur longueur et leur poids pourront varier largement. L’essence utilisée garantira une grande variabilité de solidité et de légèreté. Le bambou offre un compromis intéressant, mais d’autres bois conservent plus de « noblesse ». 

On trouve enfin quelques bâtons en titane, dont le prix est élevé, mais qui auront l’avantage de présenter une grande solidité combinée à un poids plume.

4– Comment mieux utiliser les bâtons en montée ? 

Sur une pente douce à moyenne : 

– les bâtons seront orientés vers l’arrière pour la propulsion et sont utilisés de manière controlatérale, ainsi le bras qui viendra planter le bâton devant sera en action en même que la jambe opposée. 

– Les bras seront légèrement fléchis et la prise du bâton sera légère. Vous pouvez vous appuyer sur la dragonne (effectuez donc un réglage qui permette cela).

– La pose de pied se fera principalement à plat.

En cas de forte pente : 

– Nous préconisons la pose des deux bâtons simultanément devant vous. Vous poussez fort en vous appuyant bien sur les deux bras. 

– En cas de gros obstacles en montée, la méthode alternée peut convenir. Appuyez – vous dessus en dirigeant votre traction vers l’arrière. Vous effectuerez ainsi 3 quatre pas avant que les bâtons passent derrière les appuis. Si le prochain appui est trop haut, on peut tout à fait s’aider en s’appuyant bras droit et monter la jambe gauche. N’hésitez pas à sortir vos mains des dragonnes pour pouvoir prendre le bâton plus bas. L’attaque de pied se fera par l’avant.

N’hésitez pas quand cela est possible à faire quelques zigzags dans la côte pour pouvoir relâcher un peu les mollets et poser quelques pas pieds à plat. Vous soulagerez vos membres inférieurs (surtout les mollets) et cela vous procurera un répit cardiaque.

5– Comment mieux utiliser les bâtons en descente ? 

Les bâtons peuvent s’avérer particulièrement efficaces aussi en descente. En effet, ils vont permettre de soulager les jambes (on passe alors à quatre points d’appui). Lors des descentes, libérez vos mains des dragonnes, car il ne faut pas que le bâton reste coincé sur vos poignets en cas de chute. 

– Les bâtons vont vous permettre d passer certains obstacles. Vous abaissez ainsi votre centre de gravité en plantant légèrement les bâtons devant vous et vous prendrez appui sur eux pour pouvoir franchir l’obstacle.

Les bâtons sont également très pratiques dans les virages en épingle à cheveux. En effet, il vous suffira de planter celui-ci à l’intérieur du virage sur un endroit surélevé par rapport à la position de vos pieds et de vous appuyer dessus pour que celui-ci devienne un point de rotation. Ainsi, vous ne perdrez pas ou peu de vitesse, et le passage sera beaucoup moins coûteux en énergie.

Vous voilà prêt à arpenter les chemins de vos rêves. Avec ou sans bâtons, ce qui compte c’est de profiter à fond de votre balade ! 

Retrouvez Iphigénie, l'app cartographique de référence sur iOS et Android

Pour préparer et partager vos sorties en montagne, retrouvez aussi l’application Whympr sur iOS et Android

Randonner
Iphigénie
Fonctionnalité
Tuto
Les cartes IGN sur Iphigénie en détail

Retrouvez les cartes IGN que l'on retrouve dans l'appli Iphigénie, captures d'écran à l'appui.

Denis de Winter
March 29, 2024
Iphigénie
Randonner
Avez-vous le budget pour randonner léger ?

Retrouvez la dernière vidéo de la Tanière de JR sur sa célèbre chaîne Youtube. JR nous donne toutes ses astuces pour partir en rando le coeur et surtout le sac léger, et ça, sans casser la tirelire.

Team Iphigénie
March 11, 2024
Fonctionnalité
Iphigénie
Randonner
Que faire quand on a oublié d’arrêter Iphigénie en fin de randonnée ?

Un grand classique de la rando : on reprend sa voiture et on rentre. Arrivé à la maison, on s'aperçoit qu'on a enregistré la randonnée, mais aussi plusieurs kilomètres de trajet en voiture. Oups ! Que faire ? On vous dit tout.

Denis de Winter
February 20, 2024